Alternance sécheresses/réydradation des sols : terrain glissant au JO

Au JO ne cessent de s’empiler les couches géologiques textuelles sur le phénomène des alternances sécheresses/réydradation des sols, y compris avec quelques menus glissements de terrain correctifs.

Il est vrai que cette alternance sécheresses/réydradation des sols soulève des difficultés de plus en plus solidement étudiées et prises en compte. Voir :

 

Dans cette lancée, nos blogs avaient récemment signalé la promulgation de l’arrêté du 22 juillet 2020 définissant le contenu des études géotechniques à réaliser dans les zones exposées au phénomène de mouvement de terrain différentiel consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols (NOR: LOGL2019476A).

Premier glissement de terrain : un glissement temporel, puisque ce texte soulevait quelques difficultés par son application supposément rétroactive (mais c’est une facilité : ne nous plaignons pas….). Voir :

Or, voici qu’au JO s’accumulent les autres textes à ce même sujet :

 

NB : voici, illustrant ce phénomène, un graphique (initialement ministériel mais fortement amélioré par M. Thierry Pointet, que je remercie vivement pour son apport et ses explications) :

Sécheresse réhydratation

 

Sur tous ces points, voir aussi les documents, notamment cartographiques, du site Géorisques :

 

Reste à appliquer le mode d’emploi, à savoir utiliser ces couches textuelles successives comme autant de strates géologiques, pour tenter de stabiliser des questions de terrains instables. Bon courage.