La foi déplace les montagnes… et Notre-Dame déplace les carrières (hors de leurs schémas)

La foi déplace les montages (Mc 11, 22-25 ou, pour les incroyants, voir Gide Journal 1939-1949)… et Notre-Dame déplace des blocs de pierre… en un petit miracle laïc au JO de ce matin. Les eaux du droit des carrières se retirent devant le cheminement du chantier de Notre-Dame de Paris.

En effet en ce JO est apparu l’immaculée ordonnance n° 2020-1395 du 18 novembre 2020 dispensant d’obligation de compatibilité avec les schémas régionaux des carrières les décisions d’exploitation de carrières justifiées par les besoins de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris
que voici : www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042532376

Les carrières d’origine ayant servi à la construction de Notre-Dame ne sont plus exploitées et il faut bien la reconstituer avec des pierres compatibles avec l’édifice, en attendant d’éventuelles solutions de substitution, qui sont à l’étude.

L’alimentation du chantier pourrait nécessiter soit l’extension ou la réouverture d’une carrière existante, soit l’ouverture d’une nouvelle carrière.

D’où le miracle ayant conduit à écarter, de ce chantier, la mer rouge, pour que les chantier puisse librement franchir les mois à venir. La mer des codes rouges du droit de l’environnement, la mer des schémas régionaux des carrières.

Cette dérogation vise à faciliter la délivrance dans les meilleurs délais des autorisations d’exploitation de carrières nécessaires pour approvisionner le chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.